jeudi 21 avril 2016

Un pèlerin danois en Terre sainte : « Den nordiske Pilegrim » d'Adam Œhlenschläger (1779-1850)

      Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, Jérusalem et ses lieux saints n'ont cessé d'attirer voyageurs et pèlerins. L'écrivain et poète romantique danois Adam Œhlenschläger (1779-1850) nous a laissé un poème intitulé Den nordiske Pilegrim (Le pèlerin du nord) et qu'il écrivit avant son départ pour la Terre sainte. Il y décrit son impatience de se recueillir sur les lieux que le Christ a visités : 

« Je trouverai le Cédron / qui ruissellera / de mes larmes, à l’eau / délicieusement mélangées. / Je visiterai le Golgotha /et crucifierai, / contrit, mon péché / là où il mourut. » (Kedron vil jeg finde, / Der skal rinde / Mine Taarer, blandet Sødt med Vandet. / Golgatha jeg giæster, / Og korsfæster / Sønderknust min Brøde, / Hvor han døde). 

       Mais la route, du royaume danois à la Palestine, s'annonce longue. Peu importe, notre auteur paraît résolu : « Par monts et rivières / se dresse le chemin ! / De gré je souffrirai, / déterminé je ferai face. » (Over Bierg og Vande / Veien stande ! / Jeg vil gierne lide, / Kiæk bestride).

       Je propose, en téléchargement, à partir du lien ci-dessous, une traduction française et une reproduction du texte danois dans son intégralité, d'après l'édition de 1847 de Copenhague, publiée du vivant d'Adam Œhlenschläger et dont je possède un précieux exemplaire.