vendredi 11 mars 2016

« À Cordoue » de Luis de Góngora

   Luis de Góngora (1561-1627), fondateur du « cultisme » et surnommé l’Homère espagnol, est un des plus fameux poètes baroques espagnols. Je propose une traduction française de A Córdoba (1585), un chant d’amour adressé à la ville andalouse de Cordoue. Ma traduction est également disponible, avec le texte espagnol édité par Vicente Tusón, en cliquant sur le lien ici.


À Cordoue de Luis de Góngora

Ô muraille sublime, ô tours couronnées
d’honneur, de majesté et de grâce !
Ô grand fleuve, grand roi d’Andalousie,
nobles sont tes sables à défaut d’être dorés !

Ô plaine fertile, ô monts élevés,
que le ciel favorise et que le soleil dore !
Ô mienne patrie à jamais glorieuse
tant par la plume que par l’épée !

Si au milieu de ces ruines et dépouilles,
que le Darro embellit et le Genil arrose,
ton souvenir ne fut point ma nourriture,

alors jamais mes yeux absents ne mériteront 
de voir ta muraille, tes tours et ton fleuve,
ta plaine et ta montagne, ô patrie, ô fleur d’Espagne !