mardi 9 février 2016

     Relevé dans les Mémoires de Chateaubriand (30, 2), lorsqu'il narre son ambassade romaine. Une petite perle ! 

« Bologne me semble moins désert qu’à l’époque de mon premier voyage. J’y ai été reçu avec les honneurs dont on assomme les ambassadeurs. J’ai visité un beau cimetière : je n’oublie pas les morts ; c’est notre famille. »