mardi 12 janvier 2016

Zu Abend mein Herz

    En cette fin de soirée, je vous propose cette traduction d'un poème du célèbre Georg Trakl (1887-1914), poète austro-hongrois de langue allemande. Que ces quelques vers vous accompagnent dans la nuit...


Zu Abend mein Herz

Am Abend hört man den Schrei der Fledermäuse,
Zwei Rappen springen auf der Wiese,
Der rote Ahorn rauscht.
Dem Wanderer erscheint die kleine Schenke am Weg.
Herrlich schmecken junger Wein und Nüsse,
Herrlich : betrunken zu taumeln in dämmernden Wald.
Durch schwarzes Geäst tönen schmerzliche Glocken,
Auf das Gesicht tropft Tau.

(éd. dans Die Dichtungen von Georg Trakl, Leipzig, Kurt Wolff Verlag, sans date, p. 75)


Au soir mon cœur

Le soir on entend le cri des chauves-souris,
Deux corbeaux sautillent sur la prairie,
Le rouge érable bruit.
La petite auberge apparaît en chemin au voyageur.
On y goûte avec délice un vin nouveau et des noix.
Avec délice : ivre pour tituber dans la forêt crépusculaire.
Au travers de noirs branchages retentissent des cloches endolories,
Sur le visage perle de la rosée.