mercredi 16 décembre 2015

Faqr : la pauvreté en Dieu

    Dans la mystique musulmane, la notion de faqr, signifiant « pauvreté » en arabe, tient une place centrale. Celui qui fait profession de faqr, le faqīr (qui a donné en français « fakir ») est celui qui n’a de richesse qu'en Dieu. Comme le dit Shiblī  (9e-10 s.), « le faqīr est celui qui ne tire sa richesse sinon de Dieu seul » (الفقير من لا يستغني بشىٔ دون الله). Un autre grand soufi, Nūrī (9e-10 s.), cité par Kalābādhī, rapporte que « la caractéristique du faqīr, c’est la sérénité dans la privation, la générosité et la préférence donnée à autrui quand il a quelque chose. » Le faqr est ainsi un état de pauvreté à la fois matérielle et spirituelle. La faqīr est celui qui dépend entièrement des moyens de subsistance que Dieu daigne lui accorder et qui ne trouve de richesse spirituelle qu’en lui. Tout soufi authentique est un « pauvre en Dieu » : dépouillé des possessions et des convoitises, il laisse Dieu le combler de ses infinis trésors de miséricorde.

Miniature persane du 16e s., représentant un soufi
méditant dans le tronc d'un činar (platane oriental)