jeudi 29 octobre 2015

"Que el amor verdadero no le olvidan el tiempo ni la muerte" de Lope de Vega

  
   Dans ce poème du célèbre poète baroque Félix Lope de Vega Carpio publié en 1634, l’auteur évoque la mémoire de Marta de Nevares, morte en 1632, avec qui il vécut 16 ans. Le poète se décrit lui-même sous les traits du phénix, consumé et réduit en cendres au souvenir de son amour passé. Cette image rappelle également que Lope de Vega fut surnommé en son temps el Fénix de los Ingenios, le Phénix des Génies.

    Je propose ci-dessous une traduction française du texte espagnol édité dans Antología de poesía barroca (éd. Vicente Tusón), Madrid, 1990, p. 92. Pour le texte espagnol et ma traduction en format PDF, cliquez ici.


Que ni le temps ni la mort n’oublient l’amour véritable. Écrit avec gravité.

Dissoute en poussière, mais toujours aussi belle,
sans me laisser vivre, elle vit sereine ;
cette lumière, qui fut ma gloire et ma peine,
me fait la guerre quand en paix elle repose.

Si éclatant est le jasmin, la rose pure,
brûlant délicatement comme un lys,
qu’il embrase mon âme de souvenirs emplie : 
de son phénix ne subsistent que cendres amoureuses.

Ô cruel souvenir de mes colères !
Quel honneur peut te donner mon affliction,
à tes dépouilles réduites en poussière ?

Permets-moi seulement de me taire un instant,
car mes yeux n’ont point de larmes,
ni ma rêverie d’amoureuses pensées.