mardi 12 mai 2015

Erémitisme irlandais


      Après avoir fait quelques recherches, à la demande d'un ami, au sujet de la transmission des modèles ascétiques orientaux en Irlande, j'ai pu découvrir quelques pistes intéressantes. La transmission s'est faite, semble-t-il, par trois chaînons. Le premier est le monachisme provençal. En effet, Patrick, l'évangélisateur de l'Irlande, séjourna en Gaule de 415 à 432 et il fut très marqué par la vie des moines du sud de la France, notamment ceux de Lérins. Le monastère de Lérins, fondé par Honorat, lequel avait fait un séjour en Orient, était d'inspiration nettement antonienne. Patrick en garda un souvenir ému, lorsqu'il parle, dans sa Confession, du "paradis terrestre" de Lérins. Il est possible qu'il rencontra aussi des ermites dans la région, dont on sait qu'ils vivaient sur les îles au large d'Hyères. Les environs de Marseille abritaient également des fondations monastiques et de nombreux ermites. Patrick importa probablement certaines des pratiques ascétiques dont il a pu être le témoin à Lérins et dans les environs à ce moment-là de sa carrière spirituelle. Un deuxième chaînon est représenté par les pèlerins bretons qui allaient jusqu'en Orient pour rendre hommage aux hommes saints de la région. On sait, d'après Cyrille de Scythopolis et Théodoret de Cyr, que de nombreux Bretons venaient au pied de la colonne de Siméon le Stylite en Syrie pour recevoir sa bénédiction. Un troisième chaînon, fondamental, est celui des Conlationes ("Conférences") de Jean Cassien, une oeuvre qui eut une marque durable sur le monachisme occidental (Bénoît de Nursie, Césaire d'Arles) et irlandais. Cassien, qui avait passé une partie de sa vie avec les moines de Basse Egypte, raconte, dans ses Conférences, les exploits ascétiques des pères des déserts de Scété et de Panephysis. Jean Cassien fut prêtre à Marseille et diffusa, comme Honorat, les modèles ascétiques des moines d'Orient dans le sud de la France. Mais ce qui est remarquable, c'est que nombre d'institutions ou règles monastiques exposées par Cassien dans ses Conférences ont manifestement influencé le monachisme irlandais, notamment : l'anamchara, le maître spirituel et confesseur (cf. Conférences ii, 10), les seniores, ou sruthi, collège d'anciens autour de l'abbé (cf. Conférences i, 22.22 ; ii; 2, 10.11.15, etc), la pratique de la prière (cf. Conférences ix, 2), l'étude du sens caché de l'Ecriture, etc.

Pour poursuivre la réflexion, quelques lectures à suggérer : 
John Ryan, Irish Monasticism (1931, nombreuses rééditions), notamment les p. 59-96, p. 200-285
Cassien, Conférences (en trois volumes dans les Sources chrétiennes, édition du Cerf) 
Gregory Telepneff, The Egyptian Desert in the Irish Bogs : the Byzantine Character of Early Celtic Monasticism (2002)