mardi 14 avril 2015

Psalmodies nubiennes


  La conversion progressive de la Nubie au christianisme, dès le ve siècle de notre ère et surtout à la fin du vie, sous l’impulsion de l’empereur byzantin Justinien et de son épouse Théodora, assura aux royaumes de Nobatie, Makurie et Alodie un éclat politique et culturel qui ne déclina qu’au cours du xiiie siècle à la suite des assauts répétés des mameloukes. Bien qu’ils soient peu nombreux et fragmentaires, les textes conservés en vieux-nubien n’en sont pas moins d’inestimables témoins de l’originalité du christianisme nubien médiéval. Les textes littéraires vieux-nubiens, conservés sous forme d’inscriptions ou de manuscrits, se composent principalement de péricopes bibliques, de récits hagiographiques (saint Georges, saint Ménas, saint Épimaque) et de textes homilétiques. Je propose une traduction littérale (téléchargeable ici) ainsi qu’une analyse philologique de trois psaumes fragmentaires (33, 46 et 90), édités dans l’excellent ouvrage de G. M. Browne de 1994, Bibliorum Sacrorum Versio Palaeonubiana.

Manuscrit vieux-nubien



Qasr Ibrim, site archéologique du sud de l'Égypte (Basse-Nubie) où furent découverts
de nombreux manuscrits grecs, arabes, coptes et nubiens.