mardi 2 décembre 2014

La religion n'est pas qu'une affaire d'hommes !

          Je retranscris ci-dessous un petit texte intéressant qui montre que la religion n'est pas seulement une affaire d'hommes mais aussi d'animaux. Zoroastre, fondateur du zoroastrisme, convoque les cinq espèces d'animaux et désigne pour chacune des espèces des chefs qui propageront, "dans la limite de leur connaissance et de leur capacité (!)", la religion (dēn en pehlevi, qui a donné le mot arabe du même sens dīn).

       L'Anthologie (Wizīdagīhā), composée par Zādspram au 9e s., est un texte pehlevi tardif traitant de divers sujets comme la cosmogonie, la vie de Zoroastre ou la physique humaine. Le texte ci-dessous est extrait du chapitre 23 de l’Anthologie.

          Au sujet de Zādspram et des Wizīdagīhā, voir l’article de l’Encyclopaedia Iranica :




        Le second (entretien) : à cause de l'existence wahmanienne de Zoroastre, parmi les cinq espèces d'animaux qui sont les signes matériels de Wahman, cinq sont venues à l'entretien, sur la montagne Usind. Ce jour-là, avant même leur arrivée à l'entretien, leurs langues se délièrent, ils parlèrent en discours humain. Parmi les poissons aquatiques, une espèce nommée "arzuh" ; parmi (ceux qui vivent) dans les trous, l'hermine blanche et la martre blanche ; parmi les oiseaux, l'oiseau Karšift et l'oiseau Sēn et d'autres espèces ; parmi ceux qui vont librement [ = les animaux sauvages ], le lièvre qui montre la voie vers l'eau aux bêtes sauvages ; et parmi ceux qui sont dignes de paître [ = les animaux domestiques ], l'oryx blanc. Et avec des paroles humaines ils acceptèrent la religion d'Ohrmazd. Ils furent désignés comme chef des cinq espèces pour que ces animaux mêmes dans leur propre langage propagent la religion, dans la mesure de (leur) connaissance et de (leur) capacité. Et il ordonna à Zoroastre de ne pas tuer et de ne pas faire souffrir et de bien garder les cinq espèces d'animaux, comme il l'a ordonné par une injonction très insistante.

(Tiré de P. Gignoux et A. Tafazzoli, Anthologie de Zadspram, Paris, 1993, p. 83)