vendredi 3 janvier 2014

Un fragment copte de la passion de saint Georges

         Ma participation au séminaire de Monsieur Bernard Flusin à l’École pratique des hautes études m’a conduit à m’intéresser aux versions orientales de la passion de saint Georges de Cappadoce. J’ai  ainsi découvert un fragment copte sahidique édité par Henri Munier dans son catalogue de 1916, sous le numéro 9235. Proche d’une version bohairique éditée par Ernest Wallis Budge en 1888, le contenu de ce fragment entretient également des liens étroits avec les passions grecques, en particulier celle de l’Athener Volksbuch publié en 1911 par Karl Krumbacher. 

      Ce fragment évoque plusieurs supplices, dont celui de la fournaise et du taureau d’airain. Georges est ensuite emmené en prison ; Jésus-Christ lui apparaît alors et l’encourage à persévérer dans son martyre. Le saint est de nouveau amené devant le roi, qui le met au défi de faire revivre les planches de bois de quatorze trônes. Seules les premières lignes de ce dernier miracle sont conservées dans le fragment sahidique.

     Ma traduction du fragment 9235 est téléchargeable ci-dessous :

Saint Georges, église Sainte-Marie-de-Sion, Axoum, Éthiopie