lundi 28 janvier 2013

Tombouctou Manuscripts Project

        Le récent pillage de précieux manuscrits dans les bibliothèques de Tombouctou, au Mali, nous rappelle que la transmission du savoir en Afrique est loin de se réduire à la seule "culture de l'oralité". Tombouctou fut non seulement un prestigieux centre d'études entre les 13e et 20e siècles mais aussi un lieu d'échange de première importance pour le commerce de livres de langue arabe. Nombre de pèlerins rapportèrent à Tombouctou des livres d'Égypte et d'Afrique du Nord, ou copièrent ceux qu'il avaient pu avoir sous les yeux au cours de leurs longs voyages. On estime aujourd'hui à 300 000 le nombre de manuscrits en circulation à Tombouctou et dans les environs, constituant ainsi un des plus riches trésors de l'humanité.

     Aujourd'hui, le Tombouctou Manuscripts Project, en collaboration avec les nombreuses bibliothèques publiques et privées de la ville (notamment l'Institut Ahmed Baba, qui ne possèdait pas moins de 30 000 manuscrits) tente de sauver ce patrimoine littéraire, de le conserver, de le traduire et de le transmettre aux générations à venir. Je vous invite à faire un petit tour sur le site de cet admirable projet scientifique : 


      Par ailleurs, les manuscrits de Tombouctou sont aussi des témoins de l'art de la calligraphie qui s'y développa de manière si riche et si variée. Le Tombouctou Manuscripts Project a en particulier édité un recueil d'œuvres de calligraphie, (From Istanbul to Timbuktu. Ink roads ; téléchargeable gratuitement en cliquant ici), auquel contribuèrent des artistes turcs, maliens, marocains et égyptiens. Je vous en laisse découvrir un échantillon :



Artiste : Davut Bektaş, Turquie




Artiste : Boubacar Sadeck, Mali






Artiste : Boubacar Sadeck, Mali